Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les dernières nouvelles ne sont pas bonnes

Le 10 août 2013, m. écrit à ses proches.

Yep la famille !

Je n'ai hélas pas de très bonnes nouvelles au sortir de mon rendez-vous avec mon avocate ce jeudi 8 août.

Comme je le redoutais, aucune action en justice ne peut être intentée contre la police malgré la harcèlement évident.

D'abord, il y a des choses que je sais mais que je ne peux prouver. Exemple, le jour de ma garde à vue, mon premier avocat était "injoignable". Les camarades emprisonnés le même jour que moi ont demandé à le voir et ont eu droit, en son absence, à son assistante.
Moi, niet.
J'ai appris plus tard que la police avait joint son cabinet vers 16h pour signifier qu'elle n'avait pas réussi à joindre le cabinet plus tôt, que ce n'était plus la peine de se déplacer car j'avais demandé un autre avocat. Comment les flics ont-ils pu joindre ce cabinet pour mes camarades et par pour moi ?

La deuxième avocate que j'avais demandée a vu son téléphone bloqué toute la journée : impossible de recevoir ou passer des appels. Il s'est remis en marche aux alentours de 19h, soit une heure après que je sois sortie de garde à vue !

Je ne peux rien prouver de toutes "ces petites choses" qui me pourrissent la vie depuis des années.

Impossible que mon flic des Renseignements Généraux vienne témoigner du fait qu'en haut-lieu "on" ait décidé de m'anéantir....

La lettre que j'avais envoyée au Procureur pour lui demander la restitution des mes affaires m'a été retournée telle qu'elle. Il ne comprend pas de quoi je lui parle et demande un complément d'information.

J'ai demandé à mon avocate si la police pouvait rajouter des fichiers sur mon ordi pour m'incriminer dans d'autres affaires plus délicates, je lui ai demandé si elle pouvait rentrer chez moi pour - par exemple - y cacher des stupéfiants et m'impliquer dans un quelconque trafic.

Sa réponse : "Mademoiselle, la police n'a pas le droit de faire ça mais vous êtes la seule cliente que j'ai à qui je dois dire : "Oui, c'est possible" car il semble évident qu'on veut votre peau".

Autant vous dire que ma rage, ma colère et mon inquiétude vont grandissantes !!!!

L'idée d'un dossier bidon pour m'envoyer quelques temps en taule est aussi envisagée.

Que faire pour sortir de cette situation ?

A son avis, les courriers de soutien et les courriers que vous pourrez envoyer au Proc pour lui demander de me rendre mes affaires ne sont pas inutiles et permettent de renforcer l'idée que je ne suis pas isolée.

Aussi ne vous gênez pas pour m'envoyer des communiqués, des lettres de soutien et à écrire au Proc.
Vous trouverez là un modèle mais vous pouvez lui écrire ce que vous voulez :
http://soutien-m.over-blog.com/lettre-de-soutien-%C3%A0-m.-%C3%A0-envoyer-au-procureur

N'hésitez pas à faire circuler les sites suivants qui sont maintenant bien mis à jour :
http://soutien-m.over-blog.com/
https://www.facebook.com/pages/Page-de-soutien-%C3%A0-m-po%C3%A8te-activiste-pour-OPA/498408073560797

Pour l'avocate, la seule manière d'avoir enfin la paix est de cesser toute activité politique et artistique pendant plusieurs mois, histoire de me faire oublier.

Bien évidemment, même si je réfléchis à cette option, il y a peu de chance que je ferme ma gueule.

On veut me faire taire, j'ai l'intention au contraire de parler encore plus haut et encore plus fort. Alors n'hésitez pas à m'inviter sur vos émissions de radio, vos jounaux, vos web-tv et autres.

Ils m'ont laissé les textes pour les concerts, n'hésitez pas à réfléchir à inviter O.P.A sur vos prochaines dates ou évènements.

J'attends après le 15 août pour lancer officiellement la campagne de soutien, les vacances n'étant pas propices à une forte mobilisation.

Comme vous me connaissez, partis politiques et syndicats ne seront pas invités en tant que tels à me soutenir mais tous les individus - issus entre autres des ces organisations - sont les bienvenus.

Si vous avez des idées d'orga, d'asso et autres collectifs à contacter pour soutien, faites signes !

Enfin, mes noms et prénom ayant circulé sur le site d'extrême-droite "Bordeaux-info", l'over-blog créé pour me soutenir a reçu hier ses premiers commentaires disons "négatifs".

Etant pour la liberté d'expression, je les ai pour l'instant laissés. On verra s'ils deviennent plus nombreux si je ne vais quand même pas jouer à mon tour de la censure.

Pour finir, je vous mets le lien sur le poème que j'ai écrit dans la nuit du 6 au 7 août. Oui, la poésie, ma fidèle amie, ne m'a pas laissée tomber. Ce texte s'appelle "Le tranchant de la lame" :
http://soutien-m.over-blog.com/le-tranchant-de-la-lame

Voili.

Le moral donc est très moyen pour ne pas dire plus et vous démoraliser.

Je me sens acculée, je me sens épiée en permanence et l'idée de devoir cesser toute activité, l'idée de ne plus chanter me met dans un état de détresse et de rage jusqu'à présent inexploré.

Je me sens fragile malgré la force de votre amour. Merci à celles et ceux qui ont pris le temps d'appeler, de m'écrire : ça fait un bien fou !

J'attends toujours vos numéros de téléphone pour pouvoir de nouveau entrer en contact avec vous.

Je pars pour quelques jours me mettre au vert. Retour mercredi pour un autre départ chez mon papounet. Fred est là et garde mon appart le temps de mes déplacements.

Je n'emporte pas le tel de secours mais à mon retour mercredi et après vous pourrez me joindre toujours là : 06 ...

Ne baissons pas les bras face à l'oppression ! Restons unis, solidaires face à l'Etat répressif !

Je vous embrasse comme je vous aime, infiniment !

m.

 

Tag(s) : #Communiqués O.P.A, #Courriers officiels, #Répression, #Soutenir m., #Parcours de m.

Partager cet article

Repost 0