Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre de Flavie au Procureur

Le 3 septembre 2013

Monsieur Le Procureur de la République
T.G.I de Bordeaux
30 rue des Frères Bonie 33077 Bordeaux-Cedex

Monsieur Le Procureur,

Le 18 juillet, dans le cadre d'une enquête de police, les forces de l'ordre ont perquisitionné l'appartement de m., artiste au sein de l'Orchestre Poétique d'Avant-guerre (O.P.A). Au cours de cette perquisition, ont été saisis : ordinateurs fixe et portable, deux disques durs externes, son téléphone portable, son carnet de note et divers documents personnels.

Depuis, je reste à l’écoute de l’évolution de la situation de cette artiste que j’ai eu plusieurs fois la chance d’applaudir. Il semblerait qu’à ce jour, aucune erreur n’ait été reconnue ni réparée de votre part et que ses objets personnels ne lui aient toujours pas été restitués.

Travaillant moi-même en grande partie depuis mon ordinateur, je mesure combien ce rapt d’état (n’ayons pas peur des mots) peut porter préjudice à son travail. De plus, je suis scandalisée par la disproportion des moyens employés au vu non seulement des faits reprochés à m. mais également des pièces à conviction découvertes à son domicile : des cahiers et des ordinateurs remplis de mots, ses seules « armes » !

Je n’oublie pas non plus son passage à tabac par la police le 19 mars 2009 à Bordeaux, qui s’inscrit dans une longue série d’actes d’intimidation et de répression que subit cette artiste depuis de nombreuses années.

On ne peut tolérer cette violence de l’état envers certains citoyens qui, par leur parole et/ou leurs actes, contribuent à la vitalité du débat démocratique dans notre pays. Ils œuvrent pacifiquement pour un monde plus juste et solidaire.

Dans le cas de m., la violence dont il est fait usage me semble non seulement injustifiée mais encore, illégale. Les terroristes ne sont pas toujours là où on les pense… Je suis outrée, profondément révoltée et très inquiète.

Je joins ma voix à toutes celles qui continuent à s’unir autour de m. et vous demande, par la présente, de bien vouloir restituer au plus vite les objets saisis chez m. et de faire cesser dès aujourd'hui toute pression sur cette artiste qui à mon avis, et je le comprendrais, n’a plus foi en la mission protectrice de la police.

Dans l'attente de cette restitution et en vous remerciant par avance, veuillez agréer, Monsieur,

mes salutations.

Flavie

Tag(s) : #Messages de soutien, #Courriers officiels

Partager cet article

Repost 0